‹ Retour aux projets

Projet : La Cité du Vin

Architecte : XTU architects

Entreprise : SMAC

Prestation : Conception de la vêture métal
Suivi de chantier

Notre mission pour ce projet dont la principale difficulté était de rendre cette vêture à la forme organique la plus fluide visuellement. Notre travail c'est déroulé en plusieurs étapes :

La principale difficulté de ce projet était de construire la vêture à la forme organique la plus fluide possible.

Notre travail a porté sur divers éléments.

Vêture en panneaux composites

Pour la conception et la modélisation des panneaux composites (panneaux LARSON - Alu/PE/Alu) une étude a été faite, portant sur les critères de cintrage et de contrainte mécanique de la matière.

Il a donc fallu modéliser les surfaces afin qu’elles remplissent ces critères, et soient inscrites dans une forme développable, dans le respect du sens de cintrage, tout en évitant les éventuelles déformations dues à l’ajout de renforts.

Assisté d'un bureau d'étude pour les calculs RDM, les paramètres ainsi définis ont permis de donner les contraintes de chaque panneau. Ainsi, chaque panneau, unique, est défini par sa matière, ses renforts, son aspect esthétique (perforation, …) et sa géolocalisation, et doit répondre à des efforts de compression et dépression.

Étude et conception de la structure secondaire de la vêture.

Cette structure est composée de pièces réglables en hauteur, en inclinaison pour reprendre les fortes variations induites par la géométrie type tore de l'image architecturale. Cette structure est composée d'éléments fixes mais adaptatif en fonction des descentes de charge et de leur géolocalisation. Ces éléments sont constitués d’un axe réglable reprenant les variations de hauteur, d'un système de pivot à angle réglable en profil aluminium extrudé, et d'une lisse en profil aluminium extrudé mais dont la géométrie est à la fois cintrée et vrillée. Divers analyses et test de RDM ont été nécessaires pour classer ces éléments en groupes. Cette classification a permis de rationaliser la fabrication, et de simplifier la pose sur le chantier, en évitant tout travail en hauteur trop complexe pour les compagnons.

Les contraintes de précision de pose nous ont demandé de mettre en place des outils de relation entre le réel et le virtuel.

Le travail de géolocalisation a permis lors des réceptions de support, un contrôle très précis des éléments posés par rapport à notre modèle théorique. Nous avons ainsi pu faire des modifications. Nous avons beaucoup exploité cet incroyable outil d'implantation et de réglage de nos ouvrages. Une implantation précise, sans interprétation a amené un gain de temps sur le positionnement permettant de poser jusqu’à 400 platines par jour, sur un total de 5600 pièces. La géolocalisation a servi au contrôle des ouvrages périphériques, ou en interaction avec nos pièces, pour s'assurer du bon fonctionnement global de notre conception.

Nous avons également pris en charge le suivi de chantier, en utilisant une application développée en interne. Chaque panneau étant unique, chacun avait sa propre place, était identifié, et marqué, pour une pose accélérée et fiable en terme gestion des jeux. Cette application nous a permis de connaître en temps réel, le suivi de fabrication des panneaux, de la découpe des pièces et leur mise en forme, à la livraison et pose sur le chantier. Cette gestion permettait de connaître l’état d’avancement et le potentiel de pose journalier, et de déployer les moyens humains et techniques selon les impératifs du planning. L’analyse de l’environnement et du planning a permis d’optimiser l’utilisation des engins, en choisissant les modèles selon les zones de travail (nacelles 18 m ou 26 m). Enfin, ce suivi imaginé comme un montage ‘Plug & Play’ a participé à garder des cadences soutenues, en facilitant le travail sur le terrain, et en éliminant les non-conformités.

La maquette numérique créée pour ce bâtiment a permis une analyse et une conception accrue de l'édifice, l’anticipation des difficultés liées à la géométrie, et l’augmentation de la précision. Toutes les équipes SMAC avaient la liberté de la consulter, d'utiliser et de ressortir toutes les informations nécessaires pour le chantier. Cette méthode nous a fait soulever des problématiques non imaginées au préalable, ou inconcevables par l’architecte, et les échanges avec le lot gros œuvre a aidé à la mise au point sans perte de temps.


Quelques chiffres : 2232 panneaux uniques, 5600 chandelles, 6km de lisse, 50000 points géomètre environ, 5 scanners 3D (90 Millions de point colorés), 4000m2 d'étanchéité.

Moyen mis en place : infrastructure réseau adapté à la taille de l’équipe, avec fourniture de station de travail et détachement d’1 à 2 personnes présentes sur chantier, pour la proximité et la réactivité.

background image